Journée mondiale du Physiothérapeute 2020 : Réadaptation et le COVID-19

07/09/2020

La journée mondiale de la physiothérapie sera célébrée ce mardi 08 septembre.  Cette célébration se passe cette année dans un contexte particulier, marquée par la pandémie du covi19. A l’instar des autres pays de la planète le Sénégal par le biais de l’association sénégalaise des kinésithérapeutes rééducateurs ASKIR en rapport avec World Physiothérapie qui est la fédération mondiale des physiothérapeutes entendent marquer cette journée ; il s’agit de faire connaitre aux sénégalais cette discipline mal connu du grand public.
La physiothérapie ou kinésithérapie est une discipline qui s’occupe de la médecine physique et de la réadaptation. Elle a pour rôle de s’occuper de la récupération de la fonctionnalité ; c’est une discipline transversale avec ces différentes spécialités comme la neurologie, la cardiologie, orthopédie et la traumatologie, la pédiatrie, urogénitale, le sport ou la pneumologie etc.

D’ailleurs le thème de cette année « Réadaptation et Covid-19 » montre réellement la place des physiothérapeutes dans la prise en charge des malades souffrants au covi19.
Le monde de la physiothérapie a essayé de donner une réponse au COVID-19 par des contributions à travers des articles, des documents scientifiques. Ces documents d'information se concentrent sur la réadaptation telle qu'elle s'applique aux individus.

L'accent est mis sur : la prise en charge de la physiothérapie aiguë des patients atteints de COVID-19 et réadaptation des personnes après COVID-19.
Personnes vivant avec un handicap et personnes âgées fragiles : réadaptation immédiate et épisodique les personnes ayant des besoins de réadaptation à court terme où les soins de routine ont été suspendus retournent au travail réadaptation avec restrictions de santé publique prestation de services.

Les physiothérapeutes sont essentiels aux efforts de réadaptation dans la phase aiguë du COVID-19. Les gestionnaires de services doivent soutenir le redéploiement du personnel vers des milieux de pratique inconnus avec une formation et un soutien appropriés. Les physiothérapeutes devraient être impliqués dans la planification de la prestation de services aux niveaux stratégique et opérationnel. La pratique doit s'adapter au contexte changeant de la livraison et aux nouvelles preuves.  

Durant la phase de rééducation post-aiguë COVID-19, les physiothérapeutes doivent jouer un rôle essentiel pour la réadaptation lorsque les patients passent de la phase aiguë à la phase post-aiguë. Les besoins de réadaptation individuels peuvent être spécifiques aux conséquences du COVID-19 pour des personnes par ailleurs en bonne santé, telles que la récupération des conséquences de la ventilation à long terme, de l'immobilisation et du déconditionnement, y compris les troubles connexes qui peuvent être respiratoires.
Lorsque l’inflammation se réduit, elle laisse des cicatrices sur les poumons. Cela peut détériorer les capacités d'un patient à respirer dans le futur. Le poumon cicatrise donc sous forme de fibrose  et fait perdre un certain pourcentage d’activités d’oxygénation du sang puisque le rôle d’échangeur gazeux ne peut plus se faire correctement. Mais les traitements utilisés en réanimation ont également leur rôle à jouer dans la survenue des séquelles pulmonaires : La ventilation artificielle  peut donner des séquelles, en particulier des barotraumatismes. Une partie des poumons peut éclater.
 
Le recours à la trachéotomie peut être nécessaire en cas de sevrage ventilatoire difficile, après de nombreux échecs d’extubation, troubles de la déglutition, obstruction ORL, paralysie diaphragmatique, etc. Le physiothérapeute joue un rôle essentiel dans le sevrage de la trachéotomie dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire (exercices de renforcement des muscles respiratoires, évaluation des progrès ventilatoires par spirométrie, évaluation musculaire de la toux, travail de la déglutition, exercices moteurs, etc.).
Les conséquences de cette pandémie sont importantes. L’intervention du physiothérapeute est importante pour la récupération de la fonctionnalité des malades du COVID-19. Ça va au-delà de la simple rééducation respiratoire qui ne permet pas, à elle seule, une récupération fonctionnelle.                  
 
À long terme, l’objectif majeur du physiothérapeute est la restauration globale de la fonctionnalité neuromatrice, respiratoire, locomotrice, cardiologique, musculo-squelettiques ou autres.
 
Les besoins des patients atteints de comorbidités préexistantes peuvent être importants et il peut être nécessaire de s'appuyer sur l'expertise de physiothérapeutes travaillant dans plusieurs disciplines pour assurer un plan de réadaptation intégré. Les voies de prestation de services doivent soutenir la transition de la phase aiguë à la phase post-aiguë dans tous les contextes et une approche multiprofessionnelle et intersectorielle peut soutenir cela.

Réadaptation immédiate et épisodique des personnes vivant avec un handicap et des personnes âgées fragiles

La réadaptation des personnes vivant avec un handicap et des personnes âgées fragiles devrait se poursuivre pendant les périodes de pandémie, bien que sous des formes d’exercices adaptés. Les patients, leurs familles et les soignants ne doivent pas être mis à l'écart de leurs services de réadaptation pour éviter la détérioration et l'impact négatif potentiel sur leur bien-être physique et mental général.
Les physiothérapeutes jouent un rôle essentiel dans le maintien et la restauration des capacités fonctionnelles des personnes handicapées et des personnes âgées fragiles, et les services peuvent être adaptés par la mise à disposition des moyens modifiés ou alternatifs. Les responsables de la planification économique et de la prestation des services de santé, face à la pandémie, sont instamment priés de ne pas compromettre les besoins de réadaptation des personnes handicapées.

 La Réadaptation à court terme où les soins de routine sont suspendus

L'absence de services de réadaptation en physiothérapie aura des conséquences à long terme menant à une augmentation des besoins et potentiellement une augmentation de l'incapacité. Il y a un risque que ce besoin ne soit pas satisfait en raison de l'impact immédiat sur les fournisseurs de services résultant des restrictions de verrouillage et des modifications des priorités de financement une fois que les restrictions seront atténuées.
 La télésanté est une forme viable et efficace de prestation de services pour de nombreuses interactions de physiothérapie à un moment de distanciation sociale. La télésanté ne doit pas être considérée comme un remplacement de la future réadaptation face à face et n'est pas une option viable pour tous, reflétant les différences d'accès à la technologie, ainsi que la familiarité et l'aisance avec l'utilisation de la technologie. La télésanté sera une option parmi une gamme de futurs modèles de prestation de services de réadaptation.

Réadaptation avec restrictions de santé publique

Les services de réadaptation devront s'adapter à un environnement de pratique changeant à mesure que les verrouillages et les restrictions de santé publique s'atténueront, tandis que des mesures de distanciation sociale et de protection individuelle pourraient encore être nécessaires. Les prestataires de services devront veiller à ce que des mesures continues de prévention et de contrôle des infections soient mises en œuvre pour faciliter le retour des services de réadaptation dans différents contextes. Des efforts concertés peuvent être nécessaires pour s'assurer que personne n'est perdu du système en raison des disparités en matière de santé.
 
La Réadaptation professionnelle


Une fois le verrouillage facilité, le retour au travail ne sera pas simple pour certaines personnes qui auront des besoins de réadaptation liés à la physiothérapie. Les physiothérapeutes ont un rôle clé à jouer pour garantir l'aptitude au retour au travail et donner des conseils sur les exigences d'adaptation. La santé et la sécurité au travail des physiothérapeutes doivent également être soutenues par des équipements de protection individuelle (EPI) appropriés. La réponse de réadaptation professionnelle doit porter à la fois sur le bien-être physique et mental.

Pour les Service de livraison, il y aura une demande accrue de professionnels de la réadaptation travaillant dans des établissements de soins actifs et critiques, et des mesures sont nécessaires pour s'assurer que les besoins en personnel sont satisfaits. Il y aura également une demande accrue de services de réadaptation spécialisés de longue durée, en particulier pour les personnes âgées qui auront fréquemment besoin de ces services et celles souffrant de comorbidités.

Les prestataires de services devraient prendre des mesures pour augmenter la capacité de pointe de leurs équipes, en particulier dans les domaines des soins intensifs et du retrait. Les mesures de prévention et de contrôle des infections et l'accès à l'EPI sont essentiels pour la poursuite des services de réadaptation. Les prestataires de services devraient entreprendre plusieurs actions si la réadaptation est réduite. Cela comprend la priorisation des patients pour des soins continus, la fourniture d'un congé précoce assisté et l'élaboration de mécanismes de suivi systématiques. Des modifications relatives à la façon dont la réadaptation est dispensée seront nécessaires pour la lutte contre les infections, cela peut inclure des changements dans les structures de l'équipe, les rôles et les moyens de communication. La planification intégrée des soins pour les personnes ayant des besoins à long terme exigera une coopération multi professionnelle et intersectorielle dans tous les milieux, y compris le milieu familial. 

 La réadaptation est un ensemble d'interventions conçues pour réduire le handicap et optimiser le fonctionnement des personnes souffrant de problèmes de santé en interaction avec leur environnement '' (Organisation mondiale de la santé, 2017).
Un état de santé fait référence à une maladie (aiguë ou chronique), un trouble, une blessure ou un traumatisme. En outre, un problème de santé peut également inclure d'autres circonstances, telles que la grossesse, le vieillissement, le stress, une anomalie congénitale ou une prédisposition génétique. Ce large perspectif sur la réadaptation à titre informatif souligne que les besoins de réadaptation des personnes atteintes de COVID-19 sévère existent pendant les phases aiguë, subaiguë et à long terme de la maladie. Les physiothérapeutes jouent un rôle essentiel dans les efforts de réadaptation dans les unités de soins intensifs (USI), les services hospitaliers, les facilités de retrait et dans la communauté (Organisation panaméricaine de la santé, 2020, Thomas et al., 2020).

Le déploiement approprié de physiothérapeutes pour refléter les besoins locaux peut faciliter une sortie précoce, réduisant ainsi le fardeau des lits d'hôpitaux rares. Le rôle des physiothérapeutes dans le soutien et l'autonomisation des individus pour qu'ils gèrent eux-mêmes leur réadaptation, lorsque cela est approprié et possible, est important à tout moment et en particulier lorsque l'accès est restreint ou la prestation de services modifiée. L'OMS et d'autres organisations, telles que l'European Respiratory Society, rassemblent des preuves à l'échelle mondiale. Par exemple voir : OMS base de données consultable sur la recherche mondiale sur COVID-19 mis à jour quotidiennement à partir des recherches dans les bases de données bibliographiques, de la recherche manuelle et de l'ajout d'autres articles scientifiques référés par des experts Société respiratoire européenne.
 
Un certain nombre de perspectives cliniques émergentes soulèvent des problèmes de réadaptation, à savoir le syndrome de soins post-intensifs  et le syndrome de fatigue post-virale ) chez les patients atteints de COVID-19... Syndrome de soins post-intensifs ,  on souligne la nécessité de se préparer aux répliques de la pandémie et aux besoins de réadaptation en cours associés au syndrome des soins post-intensifs (PICS) et à d'autres affections graves.

Des études ont décrit des expériences cliniques dans le nord de indiquant des durées relativement longues de séjour dans les unités de soins intensifs pour les patients atteints de COVID-19, avec une immobilisation en position couchée. Ils décrivent des problèmes spécifiques dans la phase post-aiguë tels que faiblesse musculaire sévère, fatigue, raideur articulaire, dysphagie, problèmes (neuro) psychologiques et troubles de la mobilité et du fonctionnement, soulignant à quel point les physiothérapeutes sont essentiels dans la réadaptation précoce et continue.

L'importance d'approches de réadaptation coordonnées pour les patients atteints de PICS, dans le cadre des voies de réadaptation COVID-19, met l'accent sur une approche multi-professionnelle impliquant des professionnels de la santé et des prestataires de services pertinents de tous les secteurs pour soutenir les individus, les familles et les soignants. Pour le Syndrome de fatigue post-virale, les physiothérapeutes soulignent le potentiel pour les personnes qui se remettent du COVID-19 de développer un syndrome de fatigue post-virale (PVFS). Il est note que sur la base de recherches antérieures sur le PVFS, jusqu'à 10% des personnes se remettant du COVID-19 pourraient développer le syndrome.

Les physiothérapeutes doivent être conscients des signes et des symptômes du PVFS et connaître les stratégies de prise en charge qui doivent se concentrer sur le repos, l'hydratation et la nutrition. Si les symptômes ne disparaissent pas d'ici quatre à cinq mois, cela pourrait alors être diagnostiqué comme une encéphalomyélite myalgique (EM).
Les physiothérapeutes doivent être familiarisés avec les signes et symptômes de l'EM, le principal symptôme étant le malaise post-effort (PEM) et connaître les stratégies de traitement appropriées. Ils doivent être conscients que la physiothérapie progressive peut être nocive car les personnes atteintes d'EM ont des réponses anormales à l'exercice, notamment : un seuil anaérobie plus bas, une capacité en oxygène plus faible, une acidose accrue et des réponses cardiovasculaires anormales.

Une population importante qui est soutenue par des services de physiothérapie et de réadaptation à long terme et une population à risque particulier de complications graves du COVID-19. Comme de nombreux pays dans le monde sont en lock-out, un grand nombre de personnes vivant avec un handicap n'auront pas pu accéder aux services, ou auront dû y accéder d'une manière différente, comme en ligne via des plateformes de télé-réadaptation.
 
La physiothérapie, en tant que profession de la santé, a un rôle essentiel à jouer dans le maintien de la santé et du bien-être de la communauté. Cependant, avec de nombreux services de physiothérapie suspendus pendant la période de distanciation sociale, les patients subiront probablement une détérioration d'autres conditions non liées au COVID-19. L'évolution des priorités en matière de prestation de services a eu un impact sur de vastes zones où les physiothérapeutes assurent la réadaptation.
 
Nous avons constaté des changements importants dans la main-d'œuvre en physiothérapie et ceux-ci seront continus et variés à mesure qu'ils répondent, s'adaptent et changent de manière proactive en réponse à l'évolution de l'environnement et aux besoins de réadaptation. Les physiothérapeutes font partie intégrante des équipes multiprofessionnelles pour assurer une réadaptation coordonnée et travailler dans des partenariats intersectoriels pour relier les milieux et les fournisseurs de services.

Les services de santé ont rapidement répondu au besoin de faire face à la phase aiguë immédiate de la pandémie. Étant donné que les demandes de services aigus diminuent, il faut prêter attention aux besoins des patients après le COVID-19 et de la population plus large ayant des besoins de réadaptation non liés au COVID. La capacité de service dans l'ensemble du continuum de soins devra probablement répondre à l'évolution des priorités, aux poussées de demande et aux futures vagues potentielles de phase aiguë. Pendant ces périodes et dans un avenir prévisible, les tensions mentales, physiques et émotionnelles des physiothérapeutes et de tous les agents de santé de première ligne ne doivent pas être sous-estimés et des services appropriés doivent être mis à disposition pour assurer le bien-être du personnel.

Notre pays doit donner une place importante pour cette spécialité afin de répondre aux besoins croissants de réadaptation pour la population Sénégalaise. Il s’agit de valoriser cette discipline très importante dans la prise en charge des malades. Il s’agira de régler le problème de plan de carrière, l’ouverture de département de physiothérapie dans les différentes facultés de médecine ou UEFR en santé au Sénégal. La signature du décret de l’ENDSS incluant le Système LMD conformément aux recommandations de l’organisation ouest africaine de la santé.

CHEIKH SECK
PRESIDENT DE L’ASSOCIATION SENEGALAISE DES KINESITHERAPEUTES REEDUCATEURS ASKIR
 


Commentaires (1)
1. Gueye malick le 08/09/2020 09:55
On salue la très belle intervention de notre collègue Seck il a bien camper les domaines d intervention et l intérêt de la Kiné Sur les patient covid
Nouveau commentaire :
Serigne Saliou Guèye
Directeur de Publication
77 645 83 32 ; 76 309 85 85
sesag@lessentiel.sn