Libertés de manifestation : l’histoire bégaie encore au Sénégal

05/12/2019

Par Moustapha Diakhaté :

Avant de me placer sous mandat de dépôt en 1993, à la suite d’une manifestation à Dakar, un magistrat m’avait notifié les chefs d’accusation suivants :
1. trouble à l’ordre public,
2. attroupement,
3. participation à une manifestation interdite.
A l’époque, j’ai été arrêté, à la hauteur de la Cathédrale de Dakar avec le frère Me Ousmane Ngom qui deviendra plus tard Ministre de l’intérieur et auteur d’un arrêté interdisant toute manifestation publique à caractère politique dans la Commune de Dakar-Plateau.

Plus d’un 1/4 siècle après les mêmes charges sont retenues contre Guy Marius Sagna et ses codétenus.
Auparavant l’ancien Ministre d’Etat Cheikh Tidiane Sy avait accusé la Camarade Thérèse Faye Diouf de tentative de renversement du régime du Président Abdoulaye Wade.
Pour rappel, Thérèse Faye Diouf faisait partie du groupe d’étudiants que l’ex-ministre de la justice Cheikh Tidiane SY avait accusé, le 19 mars 2011, de «fomenter un coup d’Etat.

En fait et c’est à leur honneur de 2008 à 2012, des centaines de militants républicains ont eu à payer un très lourd tribut pour la défense la démocratie et l’Etat de droit et sauver la République de la dérive monarchique et de la dévolution familiale du pouvoir. C’est pourquoi nous ne devons jamais perdre de vue le rôle de la Rue dans les conquêtes démocratiques au Sénégal.

Seuls les amnésiques volontaires ou ceux qui ne se sont jamais investis personnellement et physiquement dans les combats démocratiques peuvent se réjouir de l’arrestation de Guy Marius et les autres manifestants contre la violence sociale de la hausse du prix de l’électricité de la Senelec et réclamer une sévère punition contre l’expression de la liberté démocratique.

Pour ne pas encore faire l’objet de critiques de la Cour de justice de la Cedeao, du Comité de Nations unies pour les droits de l’homme et de la risée du monde libre, le moment est venu pour le Sénégal d’adapter son Code pénal à ses engagements internationaux et ses proclamations constitutionnelles en matière de libertés publiques et civiles.

Vive la République !
Vive le Sénégal !


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :
Serigne Saliou Guèye
Directeur de Publication
77 645 83 32 ; 76 309 85 85
sesag@lessentiel.sn